Découvrir

Les Cabanes Tchanquées

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur linkedin

Temps de lecture

Les premières cabanes tchanquées étaient des cabines de bain posées sur l’eau avec un accès direct à la mer, comme l’établissement Daney de Gujan-Mestras au xixe siècle. Les premières cabanes ostréicoles sur pilotis furent construites sur le port de Larros à Gujan-Mestras, on en trouvait également sur le port des Tuiles à Biganos.

Le terme « tchanquée » est la francisation du participe passé gascon chancat / chancada, « fiché(e) sur des piquets, monté(e) sur des échasses » (cf chanca, « échasse »).

Une des première « cabane tchanquée » de l’ile aux oiseaux est celle de MR Pibert .

La Concession à été donné en 1883 à MR Pibert, puis reprise par MR Gabriel Mozas . Vous pouvez retrouver les vestiges des pilotis à marrée basse au ras du sable de cette première cabane.

Hubert Longau et Gabriel Mozas étaient de grands amis, ils allaient souvent ensemble dans cette cabane accompagné de Jean-claude Périere petit fils de Mr Longau.

Hubert Longau entretenait la cabane de Hubert mozas. Alors il lui dit un jour : « hubert arrêtes d’entretenir la cabane tu vas en reconstruire une beaucoup mieux toi qui est dans la profession »

C’est ainsi que la concession de la cabane numéro 3 fût donnée par Mr Mozas à Mr Longau durant la guerre .

Cette cabane qui n’étaient plus entretenue est finalement tombée durant l’hiver 1943.

Contrairement à ce que l’on dit, les cabanes sur pilotis n’ont casi jamais servies à surveiller les parcs, Mr Pibert était lui-même à priori plus chasseur qu’ostréiculteur. Elles avaient en fait plutôt une destination de villégiature.

Messieurs Longau, Mozas, Laporte et Landry ont fait des parties de chasse mémorable dans cette cabane numéro 3.

Mais pourquoi 2 cabanes à la suite d’une seule concession, celle de Mozas ?

Mozas avait des fils, et l’un de ses fils a fait une association avec Landry et Laporte, ils ont obtenu la concession numéro 3 et ont commencé en 1945 à construire la cabane.

Mr Longau prenant connaissance de cela, a vu un peu rouge, surtout que la construction entamée était placée à l’endroit où il avait prévu de construire la sienne.

Il s’est alors tourné vers l’inscription maritime pour leur demander qu’est ce cette nouvelle concession ?

La réponse fournie ne manqua pas de le surprendre, car il ne s’agissait pas d’une nouvelle concession mais bien de celle de Mr Mozas qui lui avait été donnée !

Il a donc fait valoir que la concession était déjà enregistrée et que c’est à lui qu’elle avait été donnée.

Les affaires maritimes ont reconnu leur erreur et ont décidé de faire démolir ce qui avait été commencé de construire par Landry.

Ce à quoi Mr Longau s’opposa et après discutions avec Landry ils décidèrent qu’il y aurait 2 cabanes.

Mr Longau a donc fait le nécessaire pour que la concession numéro 3 soit divisé en 2 concessions la numéro 53 et la 51.

La cabane de Longau (volets blancs ) a été construite en 1948, le père de Jean-Claude Périere ayant financé une grande partie de la cabane Mr Longau grand père de Jean-Claude a mis son entreprise en sommeil pendant 6 mois afin d’édifier celle-ci avec l’aide de ses 2 fils Gilbert et René ainsi que ses 2 contremaitres Lecomte et Pelletier. Achevée pour l’été 1948, elle fût baptisé avec toute la famille en juillet .

Dans les première années suivant cette construction Jean-Claude chassait et pêchait, il ramena un jour a la cabane un calhòc ( mouette en gascon ) blessé. Ils la soigna avec son père, puis une fois Guéri le calhòc, choisi de rester en leur compagnie durant 4 ans . Il à même vécu à paris 2 ans perché sur la fenêtre de leur appartement, nourri avec le poisson des halles et revenant passer les vacances sur la cabane.

Plus tard à la mort de la tante de Jean-Claude Périere la gestion de la concession numéro 53 fut confiée à la ville de la Teste de Buch.

Laissée à l’abandon La cabane tchanquée ne cessa de se dégrader et la municipalité de 2007 décida de la détruire pour en reconstruire à l’identique.

Le 24 octobre 2007 La cabane tchanquée numéro 53 fut rasée de l’ile aux oiseau.

Ce jour là tous ceux qui ont connu la cabane d’Hubert Longau ont su qu’un morceau du patrimoine arcachonnais disparaissait à jamais.

Source reportage vidéo de Stéphane Scotto “la vraie histoire des cabanes tchanquées” par Jean-Claude Périere 

Partager cet article avec vos amis

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur linkedin
LinkedIn
Visite du bassin d'Arcachon

Le Banc d’Arguin

Face à la grande dune, au milieu des passes du bassin d’Arcachon, des bancs de sable aux contours changeant sous l’action conjuguée des vents et des marées, émergent.
Ces sanctuaires fragiles ainsi qu’une zone marine périphérique constituent depuis 1972, la Réserve Naturelle Nationale du Banc d’Arguin.

Lire l'article »
Retour haut de page